dimanche 19 mars 2017

Opel Arena : l'autre Renault Trafic.



     En 1981, Renault dévoile son nouveau fourgon : le Trafic. Ce nouveau fourgon, bien plus moderne que la vieillissante Estafette qu'il remplace, deviendra vite un succès. En effet, nous avons tous au moins un souvenir avec le Renault Trafic première génération. Pour ma part, j'étais môme, et je me souviens du boulanger qui faisait sa tournée habituelle, afin de livrer le pain. Il avait un Trafic vert qui m'a particulièrement marqué.
     Lorsque Renault remplacera le Trafic, 19 ans plus tard, son remplaçant n'a évidemment plus rien à voir avec l'ancien. Bien plus arrondi, plus moderne, et surtout il a un clone vendu par Opel, le Vivaro.

Comme toute Opel, l'Arena arbore le
badge Vauxhall au Royaume-Uni
     Ce que la plupart des gens ont oublié, c'est que ce n'était pas la première fois que Opel vendait un Renault Trafic rebadgé. En 1997, alors que le Trafic avait subit son deuxième restylage trois ans auparavant, une part de la production est achetée par General Motors. Ainsi, le Trafic de première génération est vendu de 1997 à 2000 sous le nom de Opel Arena en Europe et Vauxhall Arena au Royaume-Uni.


Le Chevrolet Space Van, vendu au Brésil.
     Fait encore plus cocasse : comme GM a l'habitude de vendre des Opel rebadgées en Amérique du Sud (voir la Chevrolet Classic, une Corsa rebadgée déjà évoquée sur ce site), le Trafic est vendu au Brésil sous le nom de Chevrolet Trafic (ou Chevrolet Space Van). D'ailleurs, sur les photographies du Chevrolet Space Van, on voit aisément que le signe Chevrolet a été posé à la hâte sur une calandre censée accueillir un losange.

     L'Opel Arena était disponible en deux versions : fourgon ou minibus 9 places, chacune étant disponible avec un toit surélevé en option. Deux moteurs d'origine Renault étaient disponibles : un 1970 cm3 diesel de 60 ch et un 2499 cm3 diesel de 75 chevaux, tous deux à injection indirecte et sans aucun turbo.

     Malgré un équipement standard plutôt intéressant pour un fourgon (verrouillage centralisé, antivol électronique et ABS), le succès n'est pas au rendez-vous. La faute sans doute à une partie technique totalement dépassée (en particulier les moteurs), basée sur un modèle Renault qui a alors plus de quinze ans. Ainsi, le moteur 1.9 permet d'atteindre la vitesse de... seulement 118 km/h, alors que le 2.5 plafonne à 128 km/h.

     Peu après l'arrêt de  la production des Renault Trafic/Opel Arena, l'indien Tata rachètera l'outillage de production pour produire, dès 2007, une version (très) légèrement modernisée pour le marché indien. Mais ceci est une autre histoire dont je vous reparlerai rapidement.





Un Chevrolet Trafic.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire